Culture : De l’art traditionnel à l’art moderne, Erick HAMED dévoile les sécrets de son travail.

Culture : De l’art traditionnel à l’art moderne, Erick HAMED dévoile les sécrets de son travail.

Artiste congolais né dans la ville de Bukavu vers 90 ,  Erick HAMID  est un peintre, dessinateur et designer  travaillant dans sa ville natale, où il partage ses connaissances artistiques avec d’autres artistes de la place et surtout ses stagiaires.

‘’J’ai commencé par grignoter les papiers avec le simple crayon tout en etant jeune ;  aujourd’hui c’est devenu ma vie et je n’ai même pas envie de rechercher de l’emploi ’’ a reconnu l’artiste.

Hamed comme sa religion musulmane le reconnait, est passé de l’art traditionnel vers l’art moderne depuis plus de 6 ans déjà.

 ‘’ Je vais dire que l’art traditionnel est original en pensée et la touche. Cet art demontre combien l’artiste est originale et égal à lui même et son revenu est loin maximal que l’art moderne qu’on retrouve facillement presque partout au monde. La difference entre ces deux; est que la force, la maturité, l’organisation ainsi que la valeur d’un artiste repose sur le traditionnel qui malheureusement est coûteux tandisque l’art moderne est le dessin fait par machine  » expose le natif de kadutu commmune populaire de la ville de Bukavu.

Pour ce jeune artiste malgré le boss dur les défauts majeure reste le marché de vente et l’exposition.

 » Nos clients qui en connaissent grand-chose, viennent de l’extérieur du pays la majorité sont soit dans les ONG soit les touristes alors pour la survie dans cette ville je suis obligé à migrer dans l’art moderne qui me coute moin cher et qui va vite mais du côté esthétique rien du nouveau. Nos travail à la machine paie vite mais un bon artiste est encré plutôt dans la le naturel.’’ renseigne erick HAMED

Solliciter par la plupart de grandes maisons de la ville qui travail dans le secteur de l’art Erick a boudé pour nourrir ses reves.

s’est déjà illustré un nom dans la ville travaillat dans le secteur de l’art et dessin ce dernier boude et cela depuis l’année 2012.

‘’Je n’ai pas besoin d’aller postuler dans une organisation quelconque pour être travailleur qui perçoit la fin du mois. si non c’est un passe temps inutile de ma part surtout que ce sont ces organisations là qui viennent vers moi. Les uns me connaissent les autres je ne sais même pas comment ils trouvent mes adresses. Je reve etre chef de ma propre maison et ma propre marque pour cette difference qui m’anome des autres. » rencherit notre source.

L’originalité de l’artiste est de reproduire tel qu’apparaît tout image.

« Je me force de reproduire le travail tel qu’on me le demande même s’il n’a pas du cash. D’ailleurs c’est ce qui me rapporte des clients même si d’autres finissent leur projet avec mes dettes’’ dit l’homme avec l’art dans le sang.

Célèbre pour ses œuvres extrêmement vives et dynamiques, souvent teintées d’humour comme du drame qui reprennent des classiques de l’histoire de l’art traditionnel en les familiarisant avec les modernes Hamid exprime d’habitude c’est qu’il vit dans la société.

Ses collègues de service reconnaissent sa touche et surtout ses conseils artistiques.

‘’Il est cool, il connait le travail et il est original ce garçon; raison d’ailleurs pour moi de travailler avec lui régulièrement et surtout écouter ses conseils. Ses talents est loin de plusieurs artistes de la ville et ses dessins sont affichés ci et là sur les entrées de plusieurs restaurant de la ville ; la plupart des ONG payent ses service très chers’’ a dit Christian un proche de HAMID qui a conçu un statut exposé à l’esplanade de l’institut français de Bukavu.

Peintre réaliste, Ses immenses peintures, qui explorent souvent des thématiques ayant trait à de déceptions amoureuses, peuvent valoir plusieurs millions de dollars une fois dans le grands marché d’arts.

 ‘’La plupart des artistes ont pour tendance d’exposer leur œuvre, mais la bonne exposition c’est lorsque les artistes veulent démontrer le rapport de force.  Malheureusement chez nous les différents talents restent cachés et surtout qu’il n’ ya pas de salon d’exposition dans la région mais aussi on sent une faible médiatisation de nos oeuvre differement de l’europe;asie et même amerique. »’ insiste ce jeune papa d’un enfant.

Les tableaux de cet artiste attendent une exposition de renom pour dévoiler ses secrets d’art.

Sa vocation repose sur l’encadrement des jeunes qui viendront un jour reprendre son nom en art.

Eric HAMED  travaille à partir d’images existantes comme celles inexistants conçues surtout par imagination de ses clients.

Avec la bénédiction de la nouvelle technologiesErick HAMID réalise des portraits d’habitants des zones rurales reculées du pays, des écoles, de dessins animés, de logos, calicots et bien d’autres.

Janvier BARHAHIGA

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.