Répression contre la Monusco: Un professeur d’universités recadre le président du sénat Bahati LUKWEBO

Répression contre la Monusco: Un professeur d’universités recadre le président du sénat Bahati LUKWEBO

Bahati Lukwebo, président du Sénat, est pointé du doigt au sein de l’opinion et par la mission Onusienne pour son appel à la population  de se manifester pour  le depart paisible de  Monusco 22 ans après l’arrivée de cette mission onusienne en RDC, lors de  son vacance parlementaire au nord et Sud-Kivu au cours du moi de Juillet 2022.

Arnold NYALUMA professeur d’universités et défenseur des droits de l’homme croit que la démarche du président de la chambre haute de la république démocratique du Congo a des fins électoralistes.

’Bahati LUKWEBO utilise sa région originaire pour lancer un message qu’il devrait lancer à partir de Kinshasa siège des institutions. Il sait qu’il a des affaires dans les deux provinces du Kivu raison pour laquelle il a lancé ses propos pour se tailler une position qui l’amènera aux élections de l’année prochaine 2023.’’ a dit à votre media le professeur Arnold NYALUMA.

Le sénateur BAHATI LUKWEBO n’a qu’à utiliser son poste du président du sénat de la république démocratique du Congo pour précipiter le départ de la mission onusienne.

‘’ BAHATI LUKWEBO  est président du sénat, il n’a qu’a endossé une loi pour que les sénateurs votent à l’unanimité le départ de la Monusco au lieu  de s’accaparer la guerre de la population qui avait déjà dénoncer l’inaction des casques bleus.’’

Après violentes manifestations qui ont conduit à une dizaine de mort et au pillage des locaux de la monusco à Goma, le président regroupement politique Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés, (AFDC-A)dit regretter « le fait que certaines personnes mal intentionnées déforment et décontextualisent ses propos, quant à la demande du retrait de la MONUSCO »dit-il dans un communiqué de son regroupement politique mardi 26 juillet.

D’après lui, ce départ « a été sollicité massivement par la population faute des résultats en termes de neutralisation des forces négatives qui sèment la terreur dans l’Est de la RDC, notamment dans le Grand Nord (Ituri, BéniI), mais pas par la violence. “Cette question doit être réglée pacifiquement, et de manière progressive par des canaux politiques et diplomatiques appropriés », ajoute-t-il.

Le senateur Bahati Lukweba a interdit et condamne « avec la dernière énergie » tout acte de violence perpétré contre les installations des Nations Unies, plus précisément au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. « Il interdit formellement les membres de sa famille politique et toute personne qui s’identifie à lui et en ses actions, de faire recours à la violence pour solliciter le départ de la MONUSCO ».

Rédaction

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

admin