Populaires

Sud-kivu/Justice : Ce que BINTOU Keita patronne de la MONUSCO a dit à la procureure générale près la cour d’appel de Bukavu.

Sud-kivu/Justice : Ce que BINTOU Keita patronne de la MONUSCO a dit à la procureure générale près la cour d’appel de Bukavu.
Bintou KEITA et la procureur pres la cour d’appel de Bukavu Marie Josée

La MONUSCO va poursuivre ses engagements de collaborer avec la justice congolaise dans l’exercice de son mandat en RDC et plus particulièrement au Sud-Kivu, a réaffirmé la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en RDC, Bintou Keita lors d’une tête à tête avec la procureure générale près la cour d’appel de Bukavu Mme Ibalayam Alas Marie Josée juste après une photo de famille à l’esplanade du bureau de gouverneur de nyamoma dans la ville de Bukavu le mercredi 10 mars 2021

‘’ Je suis prêté à collaborer avec la justice congolais et particulièrement celle du Sud-Kivu pour ses avancées en matière de répression des acteurs de viols car la justice transitionnelle est parmi les priorités du mandat de la MONUSCO. Ma prédécesseure A au moins elle m’informait des avancées en matière de la justice et surtout la justice militaire qui a sanctionné autant d’auteurs de viols. Ce qui me pousse à m’aligner sur cette lancée la et surtout que cette dans cette province ou il y a eu autant de crimes de viols et violences sexuelles. ‘’a insinué la patronne de la Monusco toute souriante.

Selon Bintou Keita,  les acteurs de plusieurs crimes sont dans les groupes armés où  il faut carrément mener la démobilisation et réinsertion communautaire des combattants. 

‘’ Mais quand on pense au travail qui est fait aujourd’hui par la justice militaire, c’est un travail qui est vraiment très important comparé à ce qui se passe dans d’autres pays en conflit. C’est la protection des civils. Mais, j’aimerais que l’on rapporte aussi tous les efforts qui sont faits par la MONUSCO pour protéger les civils. Et dans cette protection, il n’y a pas que la protection physique, il y a toutes les composantes de la MONUSCO qui travaillent sur plusieurs domaines qui contribuent à un environnement pour améliorer la cohabitation pacifique.’’, a conclu la cheffe de la MONUSCO,

Lors de sa dernière conférence de presse mercredi 20 janvier en tant que cheffe de la MONUSCO sortant, Leila Zerrougui a félicité le travail fait par la justice militaire dans les zones de conflit.

« Mais quand on pense au travail qui est fait aujourd’hui par la justice militaire, c’est un travail qui est vraiment très important comparé à ce qui se passe dans d’autres pays en conflit. Parce que nous avons construit un outil. Nous avons aidé la justice militaire à avoir une chaîne pénale mobile, fonctionnelle qui peut se déplacer, où il peut y avoir des audiences foraines, qu’on peut montrer aux victimes. Il y a des milliers de cas qui ont été jugés, condamnés et qui servent leurs pairs. Il y a encore des fragilités bien évidemment ; il y a encore des prisons qui s’ouvrent et les gens sortent du jour au lendemain. C’est ce qui s’est passé à Beni et dans d’autres endroits », a-t-elle déclaré.

Plusieurs membres des groupes armés ont été jugés et condamnés pour faits divers dont le viol dans les zones de conflit notamment au Sud-Kivu. Avec l’appui de la Monusco ainsi que des ONG de défense des droits de l’homme comme la fondation panzi , plusieurs chambres foraines ont été organisées par les tribunaux militaires pour juger les auteurs des atrocités.

Rédaction

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.

Dans le même sujet

Lire aussi x