Sud-Kivu : La vasectomie pour limiter les naissances

Sud-Kivu : La vasectomie pour limiter les naissances

Dans la ville de Bukavu à l’est de la république démocratique du Congo, certains hommes se précipitent en cachette dans les hôpitaux pour pratiquer la vasectomie afin de limiter les naissances et risques de décès maternels et infantiles.

Comme c’est le cas de AMANI  MUGISHA (nom d’emprunt) 43  ans, père  de 10 enfants en seulement 18  ans de mariage qui a choisi cette voie malgré la resistance de son épouse  Giselle qui malheureusement a déjà avorté plus de 4 fois .

‘’ Je  ne me sens plus dans la volonté de mettre au monde car  ma femme Gisèle a déjà fait 4 avortements intermittents durant nos 12 ans de mariage. J’ai peur qu’un jour  elle me laisse ces enfants. Aucune femme dit deuxième bureau ne peut garder 10 enfants ici chez nous. ’’ lâche AMANI  MUGISHA

La femme de AMANI  n’est pas d’accord de vasectomie.

‘’ On a discuté la question  des avortements qu’elle subissait et elle m’a répondu que Dieu est avec nous et rien ne nous arrivera. J’ai insisté qu’il faut qu’elle prenne l’implant contraceptif  qu’on appelle communément dépôt chez  nous mais elle n’a jamais pris ça. Sur conseil de la femme de  notre pasteur et sa mère. On s’est convenu au départ pour  huits   naissances mais aujourd’hui on est à 10 et 4 avortements et la mère de mes enfants ne s’inquiète pas. Moi là,  j’ai peur. ’’  conclut  AMANI.

Pour limiter sa peur, ce papa mécanicien  de profession  a contacté un de ses amis médecin qui  l’a orienté vers la Clinique Universitaire pour une décision à prendre.

‘’ Lorsqu’on est arrivé avec ma femme à l’hôpital en février 2021, c’était la dispute totale  quand j’ai expliqué aux  médecins  ma volonté de ne plus mettre au monde, ma femme m’a qualifié  de  faible qui choisit la voix de Ntazi(des improductifs sexuels cfr langue mashi de la région ) et la nouvelle s’est rependue dans toutes nos deux familles et aupres de nos voisins alors que le médecin  nous conseillait de trouver d’abord une  entente  en couple avant de procéder à la vasectomie ; c’était terrible. ‘’ explique Alain qui dit n’est pas abandonné ses reves de stériliser  ses hormones pour  ne  plus mettre au monde.

Même si le médecin explique qu’aucun problème ne lui arrivera, je ne crois pas car j’ai des témoignages des hommes impuissants suite à cette Pratique. Des pasteurs prêchent sur ces questions dans nos églises et leur conséquences  , des médecins eux cherchent seulement comment  gagner de l’argent.  C’est pourquoi  je ne suis pas d’accord retorque Gisèle.

‘’ Si tu savais combien dans notre coutume on minimise l’homme improductif sexuellement ;  on ne peut pas choisir cette voie de la vasectomie. Et lui me parle de planning familial  dont moi-même je n’ai pas besoin ‘’regrette l’épouse de AMANI .

Plus de 3 cas de vasectomie ont déjà été traités  à la  Clinique Universitaires de Bukavu en privé  par des médecins depuis 2020 sous anonymat  tandis que  8 autres cas ont été contesté par des épouses dont leur maris ont associé à la décision soupçonnant qu’à la longue ils peuvent  devenir impuissant sexuel.

Au Sud-Kivu : 90 % de décès  maternels  sont enregistrés  dans les zones rurales  et 40% dans la ville de Bukavu. Les décès sont  enregistrés entre 25 -27 ans ont le taux de  64% et  12% ont moins de 20 ans selon les dernières statistiques de l’année 2021.

Selon le dictionnaire larousse, la vasectomie est une procédure chirurgicale qui consiste à bloquer les canaux déférents (canaux qui transportent les spermatozoïdes) de l’appareil reproducteur masculin afin d’empêcher les spermatozoïdes de passer des testicules à l’urètre. Après l’éjaculation, les spermatozoïdes seront stockés dans l’épididyme au lieu de sortir, et seront finalement réabsorbés par le corps lui-même.

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.