Sud-Kivu :  Les policiers amortis seront remplacés par les policiers à sang chaud dixit le ministre provincial de l’intérieur.

Sud-Kivu :  Les policiers amortis seront remplacés par les policiers à sang chaud dixit le ministre provincial de l’intérieur.

La situation sécuritaire de la province du Sud-Kivu connait d’énormes avancées en matière de la stabilisation.

Ce propos a été  avancé par le ministre provincial de l’intérieur Lwabanji LWASSI NGABO lors d’un entretien avec la presse locale à  l’hôtel Elisabeth dans la ville de Bukavu ce jeudi 11 février 2021.

Participant à l’atelier sur la réactivation d’un groupe de travail technique conjoint provincial sur les enfants et les conflits armés au Sud-Kivu le ministre LWABANJI a révélé certains signent vérifiables sur terrain.

‘’Nous travaillons jours et nuits et nous vous annonçons seulement que nous médiatisons moins nos résultats sur terrain. Malgré la criminalité élevé, braquage régulier  et ramassage des corps sans vie ci et là. L’armée et la police est à pied d’œuvre et aujourd’hui quelques moyens ont été mis à la disposition de la police pour réparation des véhicules de patrouille. J’annonce même que nous recompensons ceux qui denoncent les malfaiteurs.  » a mentionné le  vice-gouverneur honoraire du sud-kivu.

Le ministre Lwabanji se contente de l’amélioration des situations sécuritaires sur certaines routes nationales

‘’La situation sur la route nationale numéro 2, ici du côté de Walungu elle s’améliore. Je vous ai dit que les véhicules en pannes ont été réparé et les hommes qui sont sur terrains fatigués vont être relevé ; remplacé par les éléments frais et avec ça nous pensons que la situation que nous avions déjà maitrise deumeurera en matiere sécuritaire car me taux de braquage de vehicules à baisser.’’ confié le ministre LWABANJI.

Les groupes armés locaux et étrangers semant terreur et désolation dans la province sont nombreux. Les rebelles rwandais du FDLR (Front démocratique de libération du Rwanda) continuent d’y être actifs, de même que des combattants du Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD), un groupe formé par des dissidents du FDLR, installés dans les Hauts-Plateaux de Kalehe.

Des suspicions tenaces font également état de la présence dans le Sud-Kivu de soldats rwandais.

Rédaction

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.