Bukavu: La santé sexuelle au menu de la formation de 3 jours en faveur de 20 journalistes.

Bukavu: La santé sexuelle au menu de la formation de 3 jours en faveur de 20 journalistes.

La Coalition 14 et Pathfinder forment 20 journalistes  de la ville de Bukavu sur la vulgarisation de la santé sexuelle.

Durant trois jours consécutifs soit du 13 au 16 septembre2020, le 20 journalistes des medias de la ville de Bukavu et leur formateurs discuteront l’avantage de l’avortement responsable tel que souligné par le Protocole de Maputo ratifié par la rdc depuis l’année 2008.

Cette session de 3 jours, vise à capacité les chevaliers de la plume, sur les techniques de communication en droits à la sante sexuelle et reproductive; et la clarification des valeurs et transformation de leur attitude face à l’avortement responsable en toute liberté.

« Cet atelier de formation a pour objectif de capaciter de professionnels des médias; de manière à les doter des moyens leur permettant de contribuer à la vulgarisation du protocole de Maputo en général; et en particulier au respect et l’application de l’article 14 de ce protocole en RDC où la culture continue à primée sur la volonté des individus.» a reconu Béatrice Mayo, chef des projets chez Pathfinder.

Les organisateurs croient qu’une fois les journalistes aborderont de thèmes sur un avortement responsable il y aura moins de morts dans la ville de Bukavu où des avortements clandestins continuent à s’enregistré du jour au lendemain.

« La ville de bukavu a enregistré plus de 300 grossesses non désirés de mineurs au cours de la période de covid-19 selon une organisation de la place qui a enquêté sur la question, tous ces grossesses non désirées par la majorité peuvent avoir un impact très négatif sur la vie de femmes porteuses; qui en plus du traumatisme, seront encore obligée de garder cet enfant, dont elles ne connaissent pas le pères.» ajoute Huguette Kasongo de la santé de la reproduction en RDC.

Une fois capacités, ces derniers devront contribuer efficacement à la promotion des droits de la santé sexuelle et reproductive; et d’éradiquer des stigmas à l’égard des bénéficiaires des soins complets et sécurisés d’avortement.

Les organisateurs de la formation ont reconnu le grand rôle que doit jouer les chevaliers de la plume pour influencer les porteurs de grossesses non désiré à bien décider pour le futur   de sa vie via les traditionnels rôles de former; informer et divertir.

26.328  femmes meurent chaque année pendant la grossesse ou l’accouchement EN RDC soit 846 morts sur 100.000 naissances vivantes;; sachant que les avortements non sécurisés représentent la 2ème cause de la mortalité maternelle selon les chiffres projetés par la coalition 14 ; la RDC est ainsi confrontée depuis plusieurs années à une insécurité grandissante, suite à l’activisme des groupes armés locaux et étrangers.

Ce Protocole de Maputo, en son article 14, garantit le droit de la femme à la santé sexuelle et reproductive; et demande en particulier aux États africains d’appliquer les mesures appropriées pour permettre l’avortement médicamenteux dans certaines circonstances (viol, inceste, ou autres complications de la grossesse).

L’Union Africaine a adopté en juin 2003 le Protocole de Maputo (Mozambique) dans de l’objectif de contribuer à la réduction des effets de l’avortement non sécurisé; et de promouvoir les droits des femmes en Afrique.

Janvier BARHAHIGA

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.