Populaires

ETHIOPIE : L’armée qualifie le directeur mondial de l’OMS de criminel qui soutient une rébellion.

ETHIOPIE : L’armée qualifie le directeur mondial de l’OMS de criminel qui soutient une rébellion.

Docteur Tedros Adhanom GHEBREYESUS directeur général de l’Organisation mondiale de la santé OMS, a reçu sa part de critiques sur l’appui de mouvement rebelles qui attaquent son propre pays qui est l’Éthiopie.

Dans un discours télévisé mercredi soir, le chef d’état-major de l’armée éthiopienne, le général Berhanu Jula, a qualifié Tedros de criminel et a déclaré qu’il devrait démissionner de son poste de directeur général de l’OMS pour avoir cherché à se procurer des armes pour la région du Tigré, où l’armée Éthiopienne mené de combats avec les forces locales.

« Il a travaillé dans les pays voisins pour condamner la guerre. Il a travaillé pour eux pour obtenir des armes », a déclaré Berhanu. Il n’a offert aucune preuve pour étayer ses accusations.

Alors que Tedros est mieux connu comme l’un des visages publics de l’effort international de lutte contre la pandémie de coronavirus qui a ravagé le monde, il est également un membre de haut rang du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF), le parti politique qui dirige le Tigray. et est maintenant en conflit ouvert avec le gouvernement central éthiopien.

«Cet homme est membre de ce groupe et il a tout fait pour les soutenir», a déclaré Berhanu.

Tedros, médecin de formation, a été ministre éthiopien de la Santé de 2005 à 2012, puis ministre des Affaires étrangères jusqu’en 2016, lorsque le TPLF a dominé la coalition qui dirigeait le pays. C’est en grande pompe en Ethiopie et à travers l’Afrique qu’il a été choisi pour être le premier chef de l’OMS du continent.

Son bureau n’a pas immédiatement répondu aux accusations, mais son collègue de l’OMS, le directeur régional pour l’Afrique Matshidiso Moeti, l’a défendu.

«Je connais Tedros. Je le connais comme quelqu’un qui promeut avec passion la santé mondiale, la promotion de la bonne santé des gens et la promotion de la paix, car ce n’est que dans le contexte de la paix que nous pouvons offrir une bonne santé aux gens », a-t-elle déclaré lors de la réunion régulière de jeudi de son agence.

Des années de domination du pays, dominée par le TPLF, jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Abiy en 2018, ont laissé un héritage de ressentiment envers les Tigréens, l’un des nombreux groupes ethniques du pays. Depuis le début de l’opération le 4 novembre, des centaines de Tigréens dans la capitale et ailleurs ont été arrêtés ou ont reçu l’ordre de ne pas venir travailler.

L’inquiétude croissante de la communauté internationale face aux combats a suscité des offres de médiation de la part des pays africains voisins ainsi que de l’Union africaine. Jeudi, le conseiller en politique étrangère du président élu Joe Biden, Antony Blinken, s’est dit « profondément préoccupé par la crise humanitaire » et les informations faisant état de violences ethniques, et il a appelé les deux parties à mettre fin au conflit.

Des centaines de personnes sont mortes et au moins 30 000 ont fui le Tigré vers le Soudan voisin, avec des informations faisant état de violents combats et de massacres de civils à motivation ethnique. Cependant, les informations de la région ont été rares, car les lignes Internet et téléphoniques ont été coupées.

Avec washingtonpost

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.

Dans le même sujet

Lire aussi x