RDC/Environnement : Claude NYAMUGABO menace-t-il Cosma WILUNGULA patron de l’ICCN ?

RDC/Environnement  : Claude NYAMUGABO menace-t-il  Cosma WILUNGULA  patron de l’ICCN ?

Des ménaces de mort pèsent sur le Directeur général de l’Institut congolais pour la consérvation de la nature(ICCN) depuis le 28 juillet 2021 rapporte la société civile environnementale de la république démocratique du congo.

 Des  actes d’intimidations et de menaces de mort visent   Cosma WILUNGULA directeur général  de l’institut congolaise pour la conservation de la nature ICCN sur la toile, à cause de son engagement à faire  respecter la loi relative à la conservation de la nature et les conventions internationales.

Ces menancent seraient venues de l’ex ministre de l’Environnement et Développement durable Claude NYAMUGABO BAZIBUHE  qui serait cité dans  le point de presse que le directeur général de  l’Iccn le 22 juillet 2021, au Jardin Botanique de Kinshasa.

De menaces de mort et intimidations seraient adressé à Cosmas WILUNGULA notamment par le biais des déclarations, des appels téléphoniques anonymes, des messages haineux exprimés lors des réunions organisées dans la ville de Kinshasa rapporte la société civile environnementale.

Ces menaces font suite à la dénonciation de libéraliser le commerce illicite et illégal des espèces protégées et son appel à la suspension et l’annulation  de l’arrêté interministériel funeste à savoir l’Arrêté interministériel n°…CAB/MIN/PF/2020 et n°…CAB/MIN/FINANCES/2020/065 portant fixation des taux des droits, taxes et redevances en matière d’installation classée de la catégorie I.a à percevoir à l’initiative du Ministère de l’Environnement et Développement Durable, en matière de gestion forestière du 24 juillet 2020 publié au journal officiel.

Lors de sa conférence de presse le 22 juillet 2020, le Pasteur Cosma s’était alors exprimé pour dénoncer cet arrêté qui consacre le braconnage en RDC. La dénonciation vaut la peine étant donné que l’arrêté annule   tous les efforts consentis pour la restauration et la crédibilité de la RDC en ce que ce pays apporte des solutions au changement climatique et à la problématique de la survie de l’humanité.  Le directeur général Cosma avait appelé au respect des lois et conventions internationales. 

’Selon cet Arrêté, personne ne peut plus être inquiété ni poursuivi en justice pour avoir tué un Okapi ou toute espèce protégée. En clair, les pointes d’ivoire sont admises à être vendues à la cité. Il n’y a plus de trafic illicite. De là, il y a lieu de conclure que l’Iccn n’a pas de raison d’exister. Cet établissement public, selon les signataires de l’Arrêté interministériel, doit disparaitre.’’ Avait dit Cosma WILINGULA

En lisant l’Arrêté, il est autorisé, par exemple, d’abattre un éléphant pour 2000 dollars américains . On peut capturer un éléphant de foret à 1475 dollars americains ; capturer un gorille à 1145 dollars américains. Les ivoires peuvent être exportés jour et nuit selon Claude Nyamugabo et Sele Yalaghuli, cités par cette Organisation de défense de l’Environnement. Ils ont inscrit au journal officiel les prix des espèces qui n’existent même pas en RDC .

Et  pourtant  la loi n°14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature stipule à son article 14, qu’il est interdit de :’’prélever, pécher, capturer, harceler ou tuer délibérément des spécimens des espèces protégées.

Cet arrêté remet en cause tous les engagements que le Président de la République a pris au niveau international et les conventions ratifiées par l’Assemblée nationale.

Des Organisations du secteur de l’Environnement dénoncent fermement ces menaces et actes d’intimidation à l’endroit du Pasteur Dr. Cosma, et appellent les autorités congolaises à diligenter une enquête prompte, exhaustive, impartiale et transparente concernant ces faits qui seraient attribués à l’ancien ministre Claude Nyamugabo.

Votre rédaction a écrit au député Claude NYAMUGABO sans suite jusqu’à la sortie de l’article.

Rédaction

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

admin