Sud-Kivu : Les champignons, une culture moins exigeante, facile à produire et rempli tous les éléments nutritionnels. (REJOSA)

Sud-Kivu : Les champignons, une culture moins exigeante, facile à produire et rempli tous les éléments nutritionnels. (REJOSA)
Champignon d’idjwi

A l’époque où la nature offrait sa générosité, les enfants qui consommaient les champignons étaient de nature forte et étaient remplis de beaucoup d’énergies. Présentement, par rareté, la croissance est au ralentie, l’emmagasinage de ce complément nutritif est quasiment en diminution que ça soit d’origine végétale ou naturelle.

D’une manière nutritionnelle, il a été vérifié que le champignon est un  aliment totalement complet contenant les vitamines B1, B2, BC, les sels minéraux et les protéines.  Ce sont là les éléments nécessaires à la bonne croissance d’un être vivant.

 Pour les hommes consommant régulièrement les champignons, ils arrivent à stocker   des substances qui jouent sur la forme physique voire même d’autres propriétés  ayant des vertus médicinales.

Ces précisions émanent de l’Ingénieur Agronome, Kujirakwinja Bampiga Audry. Habitant du territoire d’Idjwi, groupement Bunyakiri, Chefferie Rubenga, quartier Bihola, cet Ingénieur s’est donné comme mission d’entreprendre la culture des champignons.

 Audry ayant constaté que son territoire est à forte explosion démographique, les surfaces cultivables sont en train d’être envahis par la construction.

Pendant ce temps le peuple a toujours besoin de la nourriture, d’un repas équilibré. L’ingénieur dit, je cite : « Cela m’a donné le pouvoir de chercher un moyen pouvant subvenir en aide sur le plan alimentaire à un insulaire d’Idjwi.

 Lorsque j’ai étudié minutieusement cette culture qui n’a pas d’exigences en sol ni en engrais, j’ai vite compris que cet aliment est facile à produire ».

Il suffit tout simplement de tenir compte des certains aspects importants tels que la sensibilité aux rayons du soleil, d’où une construction d’un abri en paille ou en caoutchouc.

Expert en technique agricole, ce jeune Ingénieur se porte garant afin de valoriser son capital qu’il pourra mettre en jeu pour une meilleure production qui passerait d’une grande échelle afin que les produits se rencontrent dans tous les marchés locaux et celles des grandes villes. Ici il précise que son cycle, depuis le lardage soit le semis de blanc va jusqu’aux 22 ou 23 jours, s’il  y a maitrise de l’activité et de  la fructification, la récolte peut s’effectuer en grande quantité.

Le champignon étant un supplément alimentaire très recherché, cet habitant soucieux du développement de son entité, lance un SOS aux organisations humanitaires œuvrant dans la sécurité alimentaire d’accroitre les denrées alimentaires dans milieux ruraux ou urbaines afin de protéger cette population qui a besoin  de moyens de substance.

Réseau des Journalistes œuvrant pour la Sécurité Alimentaire,             REJOSAasbl

Commentez cette publication (Compte Facebook requis)

Janvier Barhahiga

Fondateur de BKINFOS.NET, Janvier est journaliste depuis plusieurs années. Informer est pour lui un moyen de participer au développement de son pays.